Print Friendly, PDF & Email

Nouveau véhicule pour les techniciens TRGLa CFTC a interpellé la direction sur les problèmes des vehicules de société non adaptés pour la population technique. Nous vous livrons dans cette article, le courrier qui lui a été adressé.

Lors de leurs interventions en clientèle, les techniciens sont amenés à livrer et à installer du matériel informatique avec des véhicules pas toujours adaptés à la situation du moment. Pour exemple, la livraison au client d’une imprimante HP M452DN (en remplacement d’une imprimante en panne) depuis le centre TNT dédié, son remplacement et le retour au laboratoire. Les problèmes rencontrés sont généralement les accès au site du client rarement pris en compte ainsi que le poids et le volume du matériel à manipuler. Dans notre exemple, le carton dans lequel est emballé l’imprimante fait 65cms x 62cms de côté pour un poids total de 22 Kg :

- Le poids ainsi que le volume à porter occasionne un effort physique disproportionné pour une seule personne ; la documentation technique du constructeur HP prévoyant deux personnes pour l’installation.
- Le volume du carton inadapté au coffre de la Renault Clio ne disposant pas de plancher plat (coffre creusé ou en puits) et un seuil de chargement haut perché (72cm) avec le risque d’abimer le véhicule, peintures, joints et pavillon de toit.
Concernant les interventions de ce type et afin d’éviter les risques d’ordre physique pour la santé du salarié (pouvant entrainer un arrêt de travail), il faut donc limiter au minimum le nombre de manipulation et l’effort induit.
- Peut-on prévoir à l’avenir pour assurer ce type d’intervention, le nombre de ressource technique suffisante ou faire livrer le matériel directement chez le client et lui demander son aide lors de l’installation ?
- Peut-on disposer de véhicules mieux adaptés au transport de matériels en prenant en compte la notion de confort pour les gros rouleurs avec des véhicules moins fatigants que nos véhicules utilitaires actuels, Clio, Kangoo et probablement Toyota Yaris ?

En effet, la Clio IV atteint vite ses limites en termes de confort sur les longues distances, ce qui occasionne des problèmes sur la santé physique des plus gros rouleurs. Le petit plus gagné est en termes de confort acoustique sur autoroute mais perdu en confort d’amortissement par rapport au Kangoo qui lui, repose sur un châssis de Renault Scenic.
Hélas, il est trop bruyant sur autoroute (pour info, le taux de décibel mesuré par le CHSCT de l’époque en condition réelle est de 92 DBs à 130 km/h), ce qui occasionne une fatigue auditive sur la durée et un risque sur le long terme... De plus il ne convient pas à toutes les morphologies
Pourtant, certaines personnes de la Direction, aux cours des différentes réunions des IRP, continuent à prendre en compte comme parole d’évangile les données établies par les constructeurs. Avec les derniers scandales qui les touchent à travers le monde, y compris la France, il faut peut-être cesser de penser qu’une mesure réalisée dans un laboratoire est transposable dans les conditions d’usages réelles.

A notre sens, un véhicule de type « break » (Estate chez Renault) et de catégorie supérieure à la Clio serait plus adapté pour les salariés parcourant le plus de route. A la CFTC, nous espérons que ce mail sera pris avec le plus grand sérieux et qu’il y aura des évolutions positives dans la politique véhicule qui prendra bien en compte tous ces aspects afin de faire progresser les conditions de travail des salariés chez Computacenter.
Comme nous l’avons suggéré et maintes fois répétées depuis de nombreuses années et encore plus lors de la NAO 2019 qui vient de se terminer, notre Direction accepte enfin l’idée de faire évoluer la flotte véhicule et s’engage à mener en vue de la NAO 2020, une étude, notamment sur les sujets suivants :

- La prise en compte de la notion de « gros rouleur » dans le type de véhicule de société attribué.
- La majoration des primes de nuitée en cas de cumul des semaines de déplacements.
- La mise en place d’une prime dès la 2nde nuitée.

La CFTC propose, à travers un groupe de travail, la possibilité pour les salarié « gros rouleurs » d’être associé au choix du futur véhicule.