Print Friendly, PDF & Email

1erpetitbleu

Alors que la période est aux vœux pour cette nouvelle année 2020, que nous vous souhaitons excellente ainsi qu’à vos proches, et que nous, organisations syndicales, avons fait preuve d’un silence pour le moins étonnant ces derniers mois, nombre d’entre–nous pourraient penser que tout va bien dans notre société.
Rassurez-vous, même si tout ne va pas mal loin s’en faut, notre direction continue sa politique de « renouvellement des effectifs » à marche forcée, n’hésitant plus à se débarrasser des anciens, autres blessés de guerre et empêcheurs de tourner en rond pour recruter à effectif ISO de nouveaux salariés (plus jeunes, plus malléables, plus motivés ?)
 

L’inaptitude. Une nouvelle arme de licenciement ?

Ces six derniers mois, nous avons eu à faire face à une explosion des propositions de reclassement de salariés pour cause d’inaptitude au travail. Même si ces demandes sont initiées par la médecine du travail, les postes proposés et l’effort fait par notre direction sont loin d’être Salarié jetableà la hauteur. Bien entendu, nous avons pris en considération la volonté pour les salariés concernés de quitter Computacenter. Néanmoins, c’est un moyen bien pratique de se débarrasser d’un collaborateur à moindre coût. A la CFTC, nous avons donc décidé de prendre ce problème à bras le corps et de suivre de très près ces dossiers d’inaptitude. C’est avec stupeur que nous avons constaté que la santé de nos salariés pouvait en être profondément affectée ! Ceci est bien évidement intolérable ! En conséquence nous demandons à la direction de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé physique et mentale de tous ses employés ; et en profitons pour lui rappeler son obligation de résultat en la matière.

Cependant, si du jour au lendemain, votre manager commence à vous dire que votre travail n’est pas à la hauteur ; si vous commencez à subir de plus en plus de reproches du type « Le client n’est pas satisfait de ta dernière prestation » (sans que vous sachiez de quelle prestation et quel client il s’agit) ; que vous êtes tenu à l’écart des réunions qui concernent votre activité ; si subitement vous ne réalisez plus vos objectifs (parce que vos comptes ont été attribués à d’autres) ; etc., n’attendez pas d’être au pied du mur. Contactez-nous, nous sommes là pour vous conseiller et vous aider, si nécessaire, à faire face à votre hiérarchie.

Qualité de vie au travail. Des actions, pas des mots !

Nous avons pris acte et encouragé la direction lors du lancement de l’enquête sur la Qualité de Vie au Travail, dont les conclusions et les mesures préconisées seront inscrites au DUER (Document Unique d’Évaluation des Risques). Cette initiative, que nous saluons, doit être suivie d’actions concrètes ayants pour but de protéger la santé des salariés et faciliter leurs conditions de travail. Ainsi, nous avons alerté la direction et le CSSCT sur les nouveaux véhicules flotte, qui ne sont pas adaptés aux gros rouleurs. Sous prétexte de laver toujours plus vert (et de réduire en même temps les coûts ?) les services généraux ont fait le choix de véhicule hybrides Toyota. Force est de constater qu’ils sont plus bruyants, consomment plus (sauf en ville), ont un espace de chargement plus réduit, et sont moins confortables sur de longs trajets. Pour faire une analogie comparative, je cite un de nos collègues « gros rouleur » équipé d’une Toyota Yaris :

« Avant j’avais un bureau correct ; une chaise assez confortable ; un ordinateur peu bruyant. Depuis j’ai un bureau assez mal conçu ; une chaise qui me fait mal au dos assez vite ; un ordinateur très bruyant par moment. »

Ce point étant à l’ordre du jour du prochain CSE, nous ne manquerons pas de vous faire part des réponses faite par la direction.