Print Friendly, PDF & Email

A la CFTC, nous restons extrêmement vigilant sur le respect de vos droits. Je vous livre le "billet d'humeur" que nous avons fait parvenir à notre direction, suite au non respect de ses obligations en matière de note de frais.

 

Monsieur le Directeur,

Une histoire toute récente sur la région sud-ouest, me remonte à propos des lignes téléphoniques portables et les remboursements de forfaits qui y sont liés.

Un manager ; pour ce qu’il en est sur le papier ; qui ne brille ni par la compréhension de son rôle d’encadrement ni l’intelligence que nécessite une telle fonction, sous prétexte qu’un collaborateur ne possède pas de ligne flotte mais un forfait personnel, refuse de rembourser les frais téléphoniques de l’un de ses collaborateurs selon le forfait défini pour les lignes de la flotte (extrait des échanges en bas de document (entre les lignes bleues)*).

La situation est pourtant prévue de longue date dans le livret notes de frais, les sorties de flotte étant autorisées avec remboursement sur note de frais pour les personnels utilisant leur téléphone personnel à des fins professionnelles, y compris dans sa version réactualisée du mois de mai dernier.

J’ai appris de source sure, que depuis quelques mois vous cherchez à obliger les personnels à revenir dans cette flotte. Mais avant que cela ne se fasse il y a tout un processus à engager et des convenances à respecter (les mots tact, correction, éducation, politesse, respect, vous parlent ils davantage ?). Processus que vous n’avez même pas amorcé.

Depuis... novembre 2015, nous vous alertons régulièrement sur le comportement toxique de ce prétendu manager sans qu’aucune action de votre part pour le remettre en ligne ne soit engagée. Votre inaction vaut homologation de la méthode et acquiescement des pratiques employées.

En seriez-vous l’origine ? La responsabilité des mouvements sociaux qui se dessinent au sein de l’entreprise vous incomberait-elle ?


* ces échanges n'ont pas été publiés pour respecter les individus et leur droit à l'anonymat.